Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

La commune d’Orbeil

Commune de coteaux et de vallons, la commune d’Orbeil bordée par l’Allier, s’étend sur 964 hectares.

Population : 765 habitants répartis dans plusieurs villages : Orbeil – Le Chauffour – Ybois -  Naves - Paille – Perthus – Beauregard – Terreneyre – Moidas – Vort  - 

Altitude : Orbeil : 380m  -  Barsou : 420m – Le Cheix :      -  Le Chauffour : 460m – Ybois : 587m – Arrête de Moidas : 627m (point culminant de la commune)

Histoire : une voie Romaine traversait la commune, et les anciens du village disaient avoir retrouvé des dalles en creusant certains chemins. Dans la plaine du Chadis des vestiges de colonne et de poteries retrouvés lors du creusement de fossés ou lors du travail des champs, attestent de la présence humaine depuis plusieurs millénaires. Orbeil est cité sur les livres d'histoire au IVème siècle, des invasions ayant eu lieu par l'Allier. On en retrouve trace au 8ème siècle, puis au moment des guerres de religions.
Mais la commune est surtout célèbre grâce au passage de la reine Margot qui s'était réfugiée au château d'Ybois

 

 

 

 

Le Chauffour

Situé à 2,5km de la sortie autoroutière 12 de l'A75, le village du Chauffour - Commune d'Orbeil - bénéficie de la tranquillité et du calme d'un petit hameau auvergnat. Dominé par la butte d'Ybois, vieux volcan d'où s'élevait autrefois un puissant château fort détruit sous Louis XIII, cet ancien village vigneron a su garder son âme, malgré la proximité de la ville d'Issoire. Et si les caves sont moins nombreuses, les amitiés se nouent encore entre les anciens et les nouveaux habitants. De nombreux chemins de randonnées sillonnent la campagne, et au détour des buttes on découvre avec plaisir des paysages différents. Les activités sont variées à moins de 10km : promenades, pêche, vélo, sports, escalade, quad,  piscine, châteaux, églises romanes, beaux villages de France…. Dans le village, l'art est  également présent : peinture, poterie...et même la pâtisserie maison !
Si vous avez l’occasion de venir le samedi après Pâques, la troupe de théâtre Quasimodo présente chaque année un spectacle différent. Rires assurés.
Le Chauffour bénéficie aussi d’un micro-climat ; Issoire est baptisée « porte du Sud » ; quant à la commune d’Orbeil, elle possède son « petit Nice ».
La végétation est également diversifiée : vignes sur les coteaux, cultures dans les plaines, prairies et petits bois de feuillus, mais aussi rochers parsemés de genêts et de bruyère.
Le rayonnement à partir du village est très aisé.
A l’ouest, la chaîne des Monts Dores que l’on aperçoit à l’horizon peut s’atteindre en une demi-heure   Besse –Super Besse – les pistes de ski de fond du Pavin et de Picherrande…
A l’est, les Monts du Forez, avec Ambert et sa mairie ronde… de charmants petits villages, et des bois où poussent des champignons.
La gratuité de l’A75 constitue également un atout formidable : en moins d’une heure, on peut rejoindre la ville du Puy en Velay, de Saint-Flour, ou de Clermont-Ferrand, les parcs d’animation Vulcania, le volcan de Lempégy, le parc animalier d’Ardes sur Couze, et les sites exceptionnels comme le Puy-de-Dôme et toute la chaîne des Puys.


YboisChauffour01.JPG


« La butte d'Ybois qui domine Orbeil était couronnée par un puissant château fort que fit raser Richelieu. La reine Margot, fuyant les poursuites de son frère, et n'ayant point trouvé le seigneur de Châteauneuf au rendez-vous qu'ils s'étaient donné à Perthus, passa l'Allier à gué, et se réfugia dans la très inconfortable forteresse d'Ybois, en novembre 1586. C'est là que Canillac, après avoir assiégé la place, la fit prisonnière et la conduisit à Usson.

Une légende court toujours, au sujet du Camée de La Reine Margot :

Prés d'Ybois, jaillit une source limpide aux propriétés tout à fait merveilleuses. Pour obtenir la réalisation d'un souhait, il suffit de venir, la nuit de Noël, y jeter un bijou. On peut, dit-on, y voir encore une fois l'an, le camée que la Reine Margot y jeta. » (Le Guide de L'Auvergne Mystérieuse  d'Annette Lauras-Pourrat)

La butte d’Ybois est un ancien volcan. Une carrière a été exploitée par l’entreprise Cymaro  de 1948 à  environ 1960 : extraction du basalte pour empierrer les routes. La commune avait négocié la remise en état des rues des villages après les chantiers d’adduction d’eau, ainsi que l’empierrage des chemins après le remembrement.

Le Chanvre à Barsou

La source et le lavoir sont visibles au bas du chemin. Mais il faut connaître leur existence, pour retrouver les bacs à chanvre qui étaient utilisés au début du siècle dernier. Le chanvre cultivé dans la commune, devait subir plusieurs opérations avant d’être transformé en tissu ou en cordage : rouissage,  teillage,  broyage, filage, tissage. Les produits obtenus étaient utilisés sur place (tissu) ou étaient expédiés pour servir à la Marine : cordages, voiles de bateau…


Le val d'Allier

Au pays des buttes et des plateaux, quand le soleil déploie ses vastes horizons, il faut s'arrêter, écouter et voir, et pris sous le charme, réver et voyager.

On dirait le sud :
Un paysage surprenant, composé de buttes, de plateaux, de gorges, traversé çà et là par des Couzes au cours tumultueux, et en toile de fond le massif du Sancy, et la chaine des Puys avec son majestueux Puy de Dôme.
Villages vignerons aux toits recouverts de tuiles  rappelant l'architecture du midi, buttes coiffées par les vestiges d'anciens châteaux forts, nombreuses églises romanes, le val d'Allier surprend par sa diversité.







La Tour de Boulade :
A la limite sud de la commune, la tour de Boulade domine la vallée de l'Allier, au dessus du pont de Parentignat. Ancienne tour de guet, on retrouve des écrits la concernant  depuis le IV siècle
.
















L’ancien Pont d’Orbeil
 :

Par décret n° 15853 du 16 mars 1868, est déclarée d’utilité publique l’exécution des travaux de construction d’un pont suspendu sur la rivière d’Allier, entre Issoire et Orbeil.  Mise en adjudication des travaux à cette date. Etablissement d’un droit de péage.

Retardée par la guerre de 1870, et par les problèmes politiques de l’époque, la construction s’est achevée entre 1873 et 1880. Au début du 20ème siècle, 2 bistrots étaient ouverts à l’entrée du pont, sur la commune d’Orbeil.

La largeur du pont ne permettait pas la circulation des automobiles dans les 2 sens. La priorité était donnée au premier engagé. Un nouveau pont a été construit en amont, et le vieux pont fut démonté en 1970.

 

Perthus :

Ancienne seigneurie d’Orbeil, Perthus était dominé par un château relevant des comtes d’Auvergne. Le seigneur  de Perthus exerçait déjà un monopole en 1456 sur les passages de l’Allier, en amont et en aval de son château. Il possédait plusieurs bacs sur la rivière : 2 piles de chaque côté étaient reliées par un câble d’acier, sur lequel une chaîne permettait au bac de traverser sans risque d’être emporté par le courant.
En 1586, la Reine Margot arriva au bac de Perthus pour traverser l’Allier, afin de se réfugier au château d’Ybois, mais le seigneur de Chateauneuf n’était pas au rendez-vous, et elle dû traverser la rivière à gué.

Au 19ème siècle, lors de l’essor de la batellerie sur l’Allier, Perthus a joué le rôle de port de la ville d’Issoire. En 1840 on enregistra 853 tonnes de marchandises chargées à Perthus : vin, chanvre, grain, pommes, terre, et bois.

On aperçoit encore sur une façade, une ancre de marine, qui décorait le Café de la Marine.

 




L’Allier
 :

L’Allier est une rivière qui ne se prête pas facilement à la navigation, notamment entre Issoire, et Coudes : débit irrégulier, crues violentes, cours changeant, lit semé de rochers et ponctué de tourbillons, sans compter les installations humaines, moulins, pelières, pêcheries, qui encombraient son cours. Au niveau de l’actuel pont de Blot, un pilote connaissant très bien les lieux, était chargé de guider les convois de sapinières jusqu’à Coudes.

La navigation sur l’Allier s’est arrêtée lors de l’arrivée du chemin de fer. Premier train en gare d’Issoire en 1855. Le pont de Blot a été construit à cette époque.



En bordure de l’ancien chemin de halage subsiste la massive pile d’amarrage du bac qui reliait le domaine de Vort à Saint-Mande.





 

Le domaine de Vort :

Situé au flanc d’un massif granitique, au sortir des gorges de l’Allier, Vort, ancien domaine viticole, appartient à la commune d’Orbeil, qui l’a restauré et aménagé en gîte. Le jardin des senteurs, en lien avec la nature, offre une grande variété de plantes aromatiques.

Face au domaine de Vort, sur l’autre rive de l’Allier, le horst de Saint-Yvoine, sépare la limagne d’Issoire de la limagne de Clermont-Fd. (Horst : bloc de granite soulevé par la tectonique des plaques au quaternaire)

 

Point de vue entre Vort et Moidas :

Au premier plan, les villages perchés de Buron, de St-Yvoine, le château de St-Mande.


A l’horizon, la chaîne des Puys, et la chaîne des Dômes.

 












Moidas
 :

Ancien village vigneron, le village comptait 8 foyers. Après le phyloxéra qui a détruit le vignoble au début du 20ème siècle, le village a périclité. Pendant de nombreuses années, seul un berger restait dans le village. L’installation d’un centre de loisirs a redonné vie à tout le domaine, et de nombreux citadins viennent se ressourcer dans ce lieu calme et isolé, où les chevaux auvergnats côtoient les randonneurs.

La fontaine qui subvenait autrefois aux besoins du village, a été restaurée.

:

Partager cette page

Repost 0
Published by